top of page

NOËL AVEC LA REINE DE LA PAIX

Chers amis de l’ADMA

 Ces dernières semaines, j'ai eu la grâce de pouvoir participer à quelques rencontres avec les délégués provinciaux, les animateurs spirituels, les assistants locaux... des différents groupes de la Famille salésienne dans trois continents différents : Amérique, Asie et Europe. Ce furent des moments de fraternité, de formation et de communion entre nous qui formons la famille de Don Bosco. Nous avons tous vraiment reçu un grand don, le charisme salésien, qui s'incarne de manière différente et créative sous les diverses latitudes de notre monde actuel. En particulier, l'Association Marie Auxiliatrice est très vivante dans ces régions; en de nombreux endroits, de nouveaux groupes de dévots continuent à naître; d'autres consolident leurs activités, en diffusant la dévotion à Marie et à Jésus dans le Saint Sacrement et en se mettant au service de la communauté locale pour toutes sortes de besoins. L'ADMA se présente comme un groupe de laïcs de notre famille, fondée par Don Bosco, à la disposition de tous ceux qui souhaitent vivre, comme Marie, un chemin de sanctification et d'apostolat dans le style caractéristique que Don Bosco nous a laissé. 

D'autre part, au cours de ces semaines, j'ai pu partager avec des frères, des sœurs et des laïcs la situation sociale, religieuse et politique vécue dans tant d'endroits de notre monde, et j'ai pu m'approcher de réalités qui parlent de violence, de guerre, d'abus, de meurtres, de suicides, de vengeance. Je partage que j'ai été surprise et frappée par ces réalités que j'ai vécues loin de ma réalité quotidienne, et c'est pourquoi en ce mois de décembre, où nous voulons célébrer la naissance du Roi de la Paix, il semble approprié de vous présenter une réflexion sur la litanie lauretaine Marie, Reine de la Paix, avec une invitation à vivre un Noël de paix, en construisant la PAIX dans nos familles et dans nos environnements.

 

Dans la Sainte Ecriture, les prophètes nous apprennent que Jésus est le Messie, le "Prince de la paix". Un psaume nous dit que "de ses jours sortiront la justice et l'abondance de la paix" (71,7). C'est pourquoi la liturgie affirme que le royaume du Christ est "un royaume de vérité et de vie, un royaume de sainteté et de grâce, un royaume de justice, d'amour et de paix". Par conséquent, la Vierge Marie, Mère du Messie, peut et doit être appelée Reine de la Paix. D'autre part, la Vierge est aussi "Reine et Mère de la Miséricorde". Et comme la guerre provoque toujours tant de sang et de feu, de morts et d'orphelins, de famines et de pestes et, ce qui est pire, de haines et de rancœurs, son cœur de miséricorde ne peut manquer d'être ému lorsqu'il voit ses enfants victimes de ces maux, et il est toujours prêt à prier pour qu'il y soit remédié par l'efficace et unique remède de la paix.

 C'est le prophète Isaïe, en annonçant la venue du Messie, qui nous dit qu'il sera appelé "le Prince de la paix, que sa domination sera grande et qu'il n'y aura pas de fin à la paix" en Lui (9,5-6). Zacharie, le père de Jean-Baptiste, dans son chant annonçant la venue imminente de la lumière d'en haut, nous dit que sa mission est de "diriger ou guider nos pas sur le chemin de la paix" (Lc 1,79).

Et saint Paul va jusqu'à dire : "Il est notre paix" (Ep 2,14). Or, si le Christ est notre paix, Marie est la Mère de la paix. Sa naissance virginale a été une naissance de paix.


Saint Paul nous présente également le Christ sur le Calvaire "faisant la paix avec toutes choses, au ciel et sur la terre, par le sang de sa croix" (Col 1,20). Le Christ est le grand pacificateur. L'Évangile de Jean nous présente Marie sous la croix de Jésus. Elle n'était pas seulement la créature la plus parfaitement rachetée et pacifiée par le Christ - étant sans culpabilité ni tache de péché - mais lorsqu'elle a offert ses propres douleurs au Père, avec le sang de son Fils, sur le Calvaire, elle a été associée d'une manière spéciale à l'œuvre pacificatrice du Christ.

 

La Parole de Dieu est riche et fait clairement allusion à la paix apportée par l'Enfant Jésus qui naît parmi nous. Mais nous constatons que cette réalité n'est pas encore pleinement réalisée et nous sommes invités à la contempler et à la méditer afin d'accueillir et d'activer en nous des attitudes évangéliques.

 

Outre les Saintes Écritures, l'histoire nous rappelle que c'est le pape Benoît XV, alors que l'Europe était en rouge à cause de la Première Guerre mondiale, qui a demandé qu'une nouvelle invocation soit introduite dans la litanie lauretaine, dans l'intention que l'intercession de la Sainte Mère de Dieu mette un terme à ce conflit sanglant. Depuis lors, elle est priée quotidiennement par des millions de fervents croyants. C'est elle qui se proclame "Reine de la Paix".

 

Et il le fit par ces mots, le 5 mai 1917, en s'adressant à tous les évêques du monde : Puisque toutes les grâces que l'Auteur de tout bien daigne accorder aux pauvres descendants d'Adam, par le dessein d'amour de sa Divine Providence, sont distribuées par les mains de la Sainte Vierge, nous désirons qu'à la Grande Mère de Dieu, en cette heure plus terrible que jamais, la supplication de ses enfants les plus affligés s'élève vivante et confiante [...]."Lève-toi, autant, au nom de Dieu, pour le salut de ses enfants [...]. Qu'ils s'élèvent donc vers Marie, Mère de miséricorde et toute-puissante par la grâce, de tous les lieux de la terre, des temples les plus nobles aux plus petites chapelles, des palais royaux aux plus pauvres masures, de partout où il y a une âme fidèle, des champs et des mers ensanglantés, la pieuse et dévote invocation ["Regina pacis, ora pro nobis"], et que le cri angoissé des mères et des épouses, la plainte des enfants innocents, le soupir de tous les cœurs bien nés parviennent jusqu'à elle. Que sa douce et bienveillante sollicitude soit émue, et que la paix demandée soit obtenue pour ce monde troublé. Et que les siècles futurs se souviennent de l'efficacité de son intercession et de la grandeur des bienfaits obtenus grâce à elle".

 

Quelques jours plus tard, le 13 mai 1917, la "Regina pacis" répond à l'appel du pape Benoît XV et de toute l'Église et apparaît à Fatima à trois enfants qui jouent dans la Cova da Iria. "Je viens du ciel... Je viens vous demander de venir ici pendant six mois consécutifs, le 13 à cette heure même.... Voulez-vous vous offrir à Dieu pour endurer toutes les souffrances qu'il voudra vous envoyer, en acte d'expiation des péchés dont il est offensé et de supplication pour la conversion des pécheurs ? -Oui, nous voulons... Prier le Rosaire tous les jours pour obtenir la paix dans le monde et la fin des guerres...".

 

Nous voyons vraiment une fois de plus comment Marie écoute les prières que nous lui adressons avec un cœur simple et humble pour le bien de son peuple. En ces jours, nous voulons vivre la naissance de Jésus comme une prière qui demande et implore le Dieu de la vie d'apporter la PAIX dans nos cœurs, à tous les peuples de ce monde, et que les conflits et les tensions disparaissent pour laisser place à la volonté pacifique du Créateur. Joyeux Noël et PAIX à tous.

 

Renato Valera, Président ADMA Valdocco

Alejandro Guevara, Animateur Spirituel ADMA Valdocco

Comments


LogoAdma2015PayoffADMA-OnLine_edited.png
bottom of page