Faites tout avec diligence

5 settembre 2022

2015%20-%20Torino%20(7)_edited.jpg

Parmi les nombreux rêves prophétiques de Don Bosco, l'un s'est produit le jour de la fête de la Nativité de Marie et un autre pendant la neuvaine précédant la fête. Ce sont des rêves liés au moment historique de l'époque, mais leur message continue d'être un stimulant très actuel pour nous tous qui voulons grandir dans notre confiance en Marie.

 

Le premier rêve nous rappelle l'amour de Marie qui se traduit par une aide maternelle, et donc extrêmement concrète, pour ses enfants. Le contexte historique était celui de la persécution de toutes les œuvres religieuses et ecclésiastiques. Don Bosco raconte : "Je priais, je faisais prier, et une nuit, alors que je dormais, j'ai vu la Sainte Vierge debout devant moi, comme Marie Auxiliatrice sur la coupole. Elle avait un grand manteau qui s'étendait tout autour d'elle et formait une immense salle, et là, en dessous, j'ai vu toutes nos maisons en France : La Sainte Vierge regardait d'un œil souriant ces diverses maisons, quand voici que survint une tempête si horrible, ou plutôt un tremblement de terre avec des éclairs, de la grêle, des monstres horribles de toute forme, des coups de feu, des obus de canon (...) dirigés vers nos gens qui étaient sous le manteau de Marie ; mais aucun mal ne fut fait à ceux qui étaient sous une si puissante défenseuse : tous les fléchettes volèrent dans son manteau et tombèrent vides. La Sainte Vierge, dans une mer de lumière, avec un visage rayonnant et un sourire de paradis, a dit plusieurs fois entre-temps : Ego diligentes me diligo [J'aime ceux qui m'aiment]. Peu à peu, toutes les tempêtes ont cessé et aucun de nos concitoyens n'a été victime de cette tempête, de ce tremblement de terre ou de cette tempête, comme vous voulez l'appeler".

 

Le deuxième rêve nous invite à ne pas devenir tièdes dans notre amour pour Marie. Don Bosco raconte avoir vu une grande dame avec un cahier à la main : " Elle me le tendit en disant : - Prends-le et lis ! - Je l'ai pris et j'ai lu sur la couverture : Neuvaine de la Nativité de Marie. J'ai ouvert la première feuille et j'ai vu les noms d'un très petit nombre de jeunes gens écrits en caractères dorés. Je retourne la feuille et vois un chiffre un peu plus grand écrit à l'encre ordinaire. Je me retourne à nouveau et le reste du carnet est vierge jusqu'à la fin. (...) - Dans ce livre sont écrits les jeunes qui font la neuvaine. Les rares qui sont inscrits en or sont ceux qui le font bien et avec ferveur. L'autre partie est celle de ceux qui le font, mais avec moins de ferveur. Et tous les autres, pourquoi ne sont-ils pas écrits ? Qui sait d'où ça vient ? Je crois que ce sont les longues marches qui ont tellement distrait les jeunes qu'ils ne savent plus rassembler. (...) Donc, pour plaire à Notre Dame, faisons tout ce que nous pouvons avec la fréquence des Saints Sacrements et avec la pratique des pénitences que moi ou le Père Francesia donnerons. Pour demain, qu'il y ait ce vœu : - Faites tout avec diligence".