top of page

8. NAZARETH, ÉCOLE DE PRIÈRE

Dans un Angélus prononcé à l'occasion de la fête dédiée à la Sainte Famille, le pape Benoît XVI a déclaré que « la maison de Nazareth est une école de prière, où l'on apprend à écouter, à méditer, à pénétrer le sens profond de la manifestation du Fils de Dieu en prenant l'exemple de Marie ». En effet, à y regarder de plus près, les plus grands contemplatifs de l'histoire ont vécu à Nazareth. Jésus a contemplé de toute éternité le visage du Père miséricordieux et a été lui-même le « visage de la Miséricorde » ; Marie, qui a contemplé non seulement avec les yeux de son âme, mais aussi avec les yeux de sa chair - les yeux d'une mère ! - le visage de la Miséricorde ; et Joseph, en prenant soin de l'Enfant et de la Mère, a contemplé le premier noyau de l'Église, l'Église dans sa sainteté radicale, c'est-à-dire la rencontre parfaite entre le plein dévouement de Dieu (Jésus) et le plein accueil de l'homme (Marie).

 

Si être contemplatif, c'est reconnaître la présence du mystère de Dieu, alors Marie et Joseph ont été vraiment privilégiés, parce qu'en Jésus ils ont accueilli et reconnu l'Emmanuel, le Dieu avec nous. Et ils l'ont reconnu précisément, en toute pureté, parce que «Marie, dit von Speyr, qui ne connaît pas le péché originel, et Joseph, qui en est détaché, représentent le champ de relations dans lequel le Fils grandit» et à l'intérieur duquel le Fils prépare sa manifestation au monde. Cependant, ce privilège vertigineux ne les éloigne pas irrévocablement de nous, mais les rend proches et disponibles, non seulement par l'attrait de leur exemple, mais aussi par la puissance de leur intercession : seuls les hommes et les femmes de prière engendrent d'autres personnes à la prière, et seuls ceux qui habitent dans la maison du Seigneur peuvent aider d'autres personnes à y entrer. Marie, en particulier, est aussi une maîtresse de prière parce qu'elle est Assomptionnée au ciel en corps et en âme, et qu'elle contemple la splendeur de son Fils à la droite du Père.

 

La prière de la Mère

Ce sont des choses vertigineuses, mais Marie a été contemplative avec tout son être, même avec son corps: c'est dans son corps qu'elle a perçu la présence de Dieu en s'installant parmi nous, et le Fils s'est installé dans le monde précisément en Elle! C'est un mystère qui ne cessera jamais de susciter un saint étonnement et de nous pousser à la prière: «Marie - dit bien Enzo Bianchi - a été l'espace, le lieu où se trouve Celui qui habite tout espace et qui ne peut être contenu par rien. Marie est le lieu visible du Dieu invisible, le lieu où le Dieu Esprit a pris chair, où l'immortel est devenu mortel, où l'éternel est devenu temporel. Du sein du Père, le Fils est venu parmi nous dans le sein de Marie; le Verbe de Dieu, qui était au commencement avec Dieu, s'est fait chair en Marie et en elle est devenu parole audible, présence visible pour nous les hommes». Cela signifie que nous pouvons contempler grâce à sa contemplation, nous pouvons faire l'expérience de Dieu grâce à son expérience de Dieu. En cela, Marie n'est pas seulement Médiatrice des grâces, mais Médiatrice de la Grâce!

 

La prière et la vie

Lorsque nous parlons de la prière, le risque est de la faire apparaître comme quelque chose d'autre que la vie, une parenthèse de la vie. En réalité, lorsque nous nous reflétons dans l'expérience de Marie et de Joseph, mais aussi dans l'expérience de Jésus lui-même au temps de son enfance et de sa vie domestique et dans le mystère de son adolescence et de sa jeunesse, nous apprenons que la prière est la profondeur de la vie, la relation qui nous maintient en vie et donne un sens à la vie, l'expérience qui illumine toutes les autres expériences.

 

De même que Marie et Joseph n'ont pas eu à s'éloigner de leur maison et de leur travail pour rencontrer Jésus, parce que Jésus était à la maison, de même la prière authentique ne se détourne pas de la vie, mais elle est la lumière de la vie, la force pour le voyage de la vie. Rencontrer Jésus dans la prière, c'est avoir un avant-goût du ciel sur la terre et de la terre orientée vers le ciel ; Prier, c'est faire l'expérience de l'extraordinaire dans l'ordinaire, de la fête qui transfigure le jour de la semaine, de la pause en chemin pour retrouver l'essentiel dans les plis des jours, du souvenir des fragments de vie qui conduisent à l'agitation, à la dispersion et au désespoir, pour retrouver la confiance et la consolation, et pour se rendre compte avec étonnement que Dieu sait écrire droit même sur les lignes tordues, car « tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu » (Rm 8,28).

 

Jésus nous invite à «prier toujours, sans se lasser» (Lc 18,1), parce qu'il est le premier à prier toujours. Il est lui-même la prière vivante, au ciel avec le Père, et à Nazareth avec Marie et Joseph. En ce sens, « être prière » et pas seulement « dire les prières » est vital, parce que, comme nous le voyons à Nazareth, où Jésus a mûri sa mission de Rédempteur en trente ans de clandestinité, les grandes œuvres naissent du silence, et avant d'être gérées, elles doivent être gérées, dans l'enchantement et la modestie d'une inspiration, dans la docilité et la prudence du discernement, dans le courage de l'accouchement et de la décision, dans l'humilité d'un cœur confié, dans la joie d'accomplir en toutes choses la volonté du Père.

 

Bien sûr, ce silence et ce recueillement ne s'improvisent pas, ils sont au contraire constamment menacés. C'est une atmosphère qu'il faut préserver, une discipline intérieure qu'il faut éduquer dès le plus jeune âge. Avec la fatigue que nous avons souvent à prier, distraits et dispersés en mille choses, nous voudrions alors revenir comme des enfants à Nazareth pour apprendre à prier auprès de Jésus, Marie, Joseph, attirés par leur exemple. Inoubliables sont les paroles de Paul VI sur la Sainte Famille comme école de prière : Nazareth « nous enseigne le silence ». Oh ! si renaissait en nous le goût du silence, atmosphère admirable et indispensable de l'esprit, alors que nous sommes assommés par tant de bruits et de clameurs dans la vie exagérée et tumultueuse de notre temps. Ô Silence de Nazareth, apprends-nous à être fermes dans les bonnes pensées, attentifs à la vie intérieure, prêts à écouter les inspirations secrètes de Dieu et les exhortations des vrais maîtres. Apprends-nous combien sont importants et nécessaires le travail de préparation, l'étude, la méditation, la vie intérieure et la prière, que Dieu seul voit dans le secret”.

 

Prier en famille

Prier en famille est vital, parce que sans la prière il n’y a pas d’amour, tandis que, comme l'enseigne le pape, « la famille qui prie reste unie » (AL 227). Il y a peut-être trop ou pas assez d'amour, mais pratiquement pas d'amour tel que Dieu l'a voulu. Le card. Colombo, dans une splendide méditation sur la Sainte Famille, a observé que la famille moderne, vivant dans une atmosphère culturelle sécularisée et individualiste, a besoin de se refléter dans la famille de Nazareth au moins dans ces deux aspects: «dans la sainte crainte de Dieu et dans le saint amour mutuel».

 

La sainte crainte de Dieu se réfère à ce qui est essentiel dans la prière: se disposer à faire la volonté de Dieu en toute chose, dans les actes ordinaires (à Nazareth, les repas et les jeûnes, les liturgies à la synagogue et les pèlerinages à Jérusalem) comme dans les événements extraordinaires (à Nazareth, le recensement, la fuite, l'exil, la découverte de Jésus), dans les moments de joie comme dans ceux de sacrifice. À Nazareth, tout cela se passait en présence de Jésus: Joseph contemplait l'entente silencieuse de la Mère et du Fils, et Marie, «pour sa part, gardait dans son cœur toutes les choses de Jésus» (Lc 2,19), devenant ainsi la mémoire intime de l'Église.

 

D'où la deuxième chose, le fait que la prière grandit dans l'amour mutuel saint, qui exige l'oubli de soi et l'attention à l’autre: «dans la maison de Nazareth, chacun vivait pour les autres en s'oubliant lui-même. Saint Joseph travaillait pour soutenir Jésus et Marie: il peinait et souffrait pour préserver le Fils de Dieu et la virginité de sa Mère... Marie ne vivait que pour Jésus et son chaste époux. Ses pensées, ses actions, son travail, sa journée étaient pour eux... Et Jésus semble oublier qu'il est le Créateur et se fait le sujet de ses créatures; attentif à leurs hochements de tête, sollicité en toutes choses, attentif à anticiper leurs désirs». La prière, dans ce sens, est toujours une œuvre de décentrement de soi et de recueillement en Dieu, le meilleur remède contre le narcissisme qui éteint les âmes, la première source d'œuvres pour le salut des âmes!

 

Roberto Carelli, SDB

Posts récents

Voir tout

Комментарии


LogoAdma2015PayoffADMA-OnLine_edited.png
bottom of page