top of page

L’INTERVENTION DI MARIE AUXILIATRICE AU TIMOR EST"Assez, assez. Rentrez chez vous !"

Le témoignage du Père Andrew Wong, Sdb - 4 septembre 1999


C’était le 4 septembre 1999, il y a 23 ans, au Timor oriental, où nous avons notre Maison provinciale, notre école professionnelle, un internat pour garçons, dans la capitale Dili...

C’est le mois au cours duquel s’est déroulé le dernier moment de la guerre entre l’Indonésie et le Timor oriental.


De nombreuses maisons et écoles, des bâtiments gouvernementaux, ont été détruits. Plusieurs personnes ont été tuées. L’électricité a été coupée. Notre maison est devenue un lieu de refuge pour nos paroissiens et d’autres Timorais venus d’autres paroisses et de divers quartiers de la capitale. Nous étions environ 10 000 personnes à l’intérieur de notre grande enceinte.


Le matin même du 4 septembre, un soldat de l’armée indonésienne est venu me voir et m’a dit que la nuit, un groupe de forces spéciales de l’armée allait nous attaquer et tous nous tuer. Le soldat était un de mes amis qui me rencontrait parfois pour me parler.

Je lui ai demandé pourquoi nous étions massacrés ? Il a dit que la raison était que nous avions plusieurs hommes dans notre maison que les soldats recherchaient parce qu’ils étaient liés à la guérilla timoraise.

Ses derniers mots ont été : “Père, vous devez vous protéger par tous les moyens possibles. Ce groupe de forces spéciales est cruel et va tous vous tuer.” Il est parti et je ne l’ai jamais revu jusqu’à maintenant.

Nous avons appelé les chefs de famille pour discuter de la façon dont nous pourrions nous défendre. Le site. Les hommes ont dit qu’ils avaient des machettes, des lances. Mais que peuvent-ils faire avec des soldats qui ont des armes lourdes et des grenades ? Finalement, nous avons tous convenu que nous, les prêtres, quatre prêtres salésiens et un coadjuteur, allions négocier lorsque les soldats arriveraient. Nous ouvrions notre porte de fer et parlions aux soldats.


Les chefs de famille et leurs familles étaient censés se tenir un peu à l’écart et observer ce qui allait se passer. S’ils nous voyaient debout et parler aux soldats, ils auraient dû rester calmes. S’ils nous voyaient tomber, c’est-à-dire si on nous tirait dessus, alors eux et leurs familles étaient censés courir vers le mur de notre maison, escalader le mur et courir vers les collines voisines. Tout le monde était d’accord sur cette décision.

Toute l’après-midi a été consacrée à la construction d’échelles afin que les personnes âgées, les enfants et les femmes puissent facilement escalader le mur et courir vers les collines en cas d’échec des négociations. À 18 heures, notre directeur de communauté a rassemblé toutes les personnes et a donné l’absolution générale. Il n’y avait pas de temps pour la confession individuelle.


Tout le monde a senti la tension dans la maison. Nous avons continué à assurer aux gens de rester calmes. Au fond de moi, j’étais sûr que nous allions mourir et que la négociation n’aurait jamais lieu. Mais j’ai continué à assurer aux gens que nous étions en sécurité et que nous devions continuer à prier. Nous avons exposé le Saint Sacrement pendant un certain temps, puis nous avons caché l’Eucharistie dans un endroit sûr du couvent.

Vers minuit, le directeur et moi attendions à notre tour l’arrivée des soldats. Les autres étaient couchés quelque part. Soudain, nous avons entendu des camions militaires arriver et les soldats sont sortis des camions et ont couru vers notre porte. L’événement a été si rapide. Et avant même que nous ayons pu ouvrir notre porte en fer comme prévu, les soldats ont commencé à tirer sur la porte.

L’impact des balles sur notre portail en fer était si fort que M. le Directeur et moi-même sommes tombés au sol sans ouvrir le portail. Je pensais avoir été frappé, mais quand j’ai touché mon corps, il n’y avait pas de sang. J’étais encore en vie. J’ai regardé le directeur. Il était aussi par terre, mais il n’y avait pas de sang.

Nous étions tous les deux encore en vie.


Puis une grenade a été lancée de l’autre côté. Il est tombé juste devant ma tête. Il n’a pas explosé.


Les autres frères et les gens ont vu ce qui nous est arrivé. Ce n’était pas conforme à notre plan. La porte était fermée. Mais nous étions sur le terrain donc il y avait une grande confusion dans l’enceinte. Les soldats ont continué à tirer. Tout le monde pleurait et personne ne pouvait bouger ou courir à cause de la grande peur et de la confusion. C’était le chaos total.


Soudain, nous avons tous entendu la voix d’une femme venant de la porte. C’était une voix simple, suffisamment forte pour que beaucoup d’entre nous, qui se tenaient près de la porte, puissent l’entendre. Elle a dit : “Assez, assez. Rentrez chez vous !” Bien sûr, les mots étaient dans la langue des soldats, qui est la langue indonésienne. À cette époque, nous connaissions tous la langue indonésienne.


Croyez-le ou non, le chaos s’arrête soudainement. Les soldats arrêtent de courir vers notre maison. Ils n’ont pas pu ouvrir la porte. Et puis nous avons entendu les camions militaires partir. Les gens ont cessé de crier et de pleurer. Il y avait soudainement un calme et un silence inexplicables.


Debout sur le sol, j’ai regardé le directeur et lui ai dit : “Dieu merci, les Sœurs Ursulines nous ont sauvés et ont empêché les soldats indonésiens de nous tuer.”

Pour votre information, les sœurs Ursulines étaient indonésiennes et sont restées dans leur couvent.

Ils ne sont pas venus chez nous avec le peuple timorais. J’ai dit au directeur que nous devions nous lever et aller à leur couvent pour les remercier.


Il m’a dit que c’était mieux d’attendre le lendemain matin. Nous étions tous fatigués, effrayés, choqués et il était préférable de dormir jusqu’au matin. Il était trois heures du matin.


Vers six heures ce matin-là, le 5 septembre, le directeur et moi avons couru au couvent des Sœurs Ursulines. Quand nous avons ouvert notre porte, nous avons vu toutes les balles sur le sol. Lorsque nous sommes arrivés au couvent, nous avons demandé à parler aux religieuses pour les remercier de nous avoir sauvés cette nuit-là.

Les religieuses étaient tellement surprises qu’elles se sont presque mises à pleurer. Une sœur a dit : “Père, nous avions tellement peur la nuit dernière que nous sommes restées dans notre chambre ensemble. Nous avons aussi entendu la voix. Ce n’était pas notre voix. Ce n’était pas notre voix.”


M. le Directeur et moi sommes tombés à genoux en larmes et avons remercié Dieu pour l’intervention de notre Mère céleste. Nous avons cru que c’était la Vierge qui avait arrêté les soldats et nous avait sauvés du massacre.

Père Andrew Wong, Sdb


Si vous avez reçu une grâce, veuillez envoyer un court témoignage accompagné d’une photo à:


Comments


LogoAdma2015PayoffADMA-OnLine_edited.png
bottom of page