top of page

MARIE ET JESUS DEUX AMIS SPÉCIAUX: EN CHEMIN AVEC LES DEUX PILIERS

Programme formatif ADMA 2023


Pour l'année 2022-2023, le chemin veut revenir aux racines de l'Association : « La confiance de Don Bosco en Marie Auxiliatrice a trouvé dans l'Association une des expressions simples et pratiques pour la défense de la foi dans la classe populaire. Don Bosco nous rappelle que "Nous, chrétiens, nous devons nous unir en ces temps difficiles. Le fait d'être parmi ceux qui font le bien, nous anime sans nous en rendre compte" (art. 1 des règlements de l'ADMA).

Nous voulons, donc, proposer un chemin de foi qui peut nous conduire à la rencontre avec Jésus par la médiation de notre Mère du Ciel et qui peut se traduire par une activité apostolique.

C'est un ancien cheminement parce que c'est un parcours traditionnel de croissance dans la foi qui puise aux sources les plus profondes de la spiritualité chrétienne, salésienne et mariale. Elle est nouvelle parce que chaque associé et chaque groupe dans le monde la vivra selon sa propre expérience de vie, la rendant originale et adaptée à sa réalité individuelle. Nous allons nous enchaîner, pendant un an, dans un parcours spirituel de vie chrétienne, fondé sur nos deux piliers : Jésus et Marie, en étant instruits par la Parole de Dieu, par Don Bosco et par St François de Sales. Nous serons accompagnés par des références aux Règlements de l'ADMA, à la Charte d'identité de la Famille salésienne, au Magistère du Pape et à l'enseignement du Recteur Majeur.


Le but de ce parcours est de grandir dans notre vie de foi et de faire un pas en avant dans notre relation personnelle avec Jésus et Marie.



LES ÉTAPES DU VOYAGE

1. Se sentir aimé de Dieu


Notre foi devient vie lorsque nous faisons l'expérience de nous sentir profondément aimés par Dieu.

La Parole de Dieu nous annonce que « Dieu est Amour » (1 Jn 4, 7-16), que Jésus veut vivre une communion profonde avec chacun de nous : « Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés » (Jn 15, 9-11) ; « Je suis venu pour qu'ils aient la vie et qu'ils l'aient en abondance » (Jn 10, 7-15).


Nous serons invités à méditer sur la Parole afin d'embrasser pleinement l'amour tendre et vertigineux de Dieu pour chacun d'entre nous. De cette expérience de se sentir aimé tel que nous sommes, naît le désir sincère de correspondre à Dieu. Nous comprenons alors saint François de Sales lorsqu'il dit : « Cherchez d'abord à plaire à Dieu : Il est le centre de mon âme et le pôle immobile autour duquel tournent tous mes désirs et tous mes mouvements ».

Nous serons ainsi aidés à tourner chaque jour notre regard vers Lui, pour ressentir Son amour et le donner à notre tour à nos frères et sœurs.


2. « Je me tiens à la porte et je frappe » la prière

Après avoir renforcé notre conscience d'être profondément aimés, nous nous dedicherons à soigner notre relation avec le Seigneur, dans la prière, avec l'aide de Marie.

Ce n'est que dans l'expérience du silence et de l'écoute que nous comprendrons de manière vitale Jésus quand il dit « Voici, je me tiens à la porte et je frappe (Ap 3,20) » et « Si quelqu'un m'aime, il observera ma parole, et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui et nous habiterons avec lui » (Jn 14,23) et nous découvrirons le secret des vierges sages (Mt 25,1-13).


Le secret de la vie, dit saint François de Sales, c'est « d'aller de l'intérieur vers l'extérieur: je n'ai jamais pu approuver la méthode de ceux qui, pour réformer l'homme, commencent par l'extérieur, par le comportement, les vêtements, les cheveux ». Il me semble, au contraire, qu'il faut partir de l’intérieur…. Celui qui a Jésus dans son cœur, il l'a immédiatement après dans toutes ses actions extérieures ».

Nous mettrons la prière au centre de nos vies grâce à des suggestions pratiques.

3. Les enfants dans le fils créé à l'image de Dieu. La confiance en Dieu.


L'abandon à l'Esprit Saint, par les mains de Marie, nous amène à grandir dans la confiance en Dieu. Nous contemplerons le mystère d'un Dieu qui n'a pas peur de faire confiance à l'homme.

Nous approfondirons comment le mystère de l'incarnation (Lc 2) s'inscrit dans un projet d'amour plus vaste qui précède la croix : « Je viens pour faire ta volonté, ô Dieu (Hébreux 10, 5-10) ».


Le seul désir de Jésus est de faire comprendre par sa vie que toute existence s'explique par l'amour, un amour si impliqué qu'il a fait dire à saint Paul : « J'ai été crucifié avec le Christ et ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. Cette vie que je vis dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et s'est donné pour moi » (Gal 2,20) ». Dans ce profond mystère d'amour, nous sommes invités à prendre véritablement conscience du fait d’être créature. Comme le suggère saint François de Sales,


« il faut être ce que nous sommes et le l’être très bien, pour faire honneur à l'Ouvrier, dont nous sommes l'œuvre ».


4. Il n'y a pas de plus grand amour : l'Eucharistie

La Source et le sommet de la vraie vie qui est amour et le pain du cheminement, c’est l'Eucharistie : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Faites ceci en mémoire de moi. Nous contemplerons le don que Jésus nous offre, comme prémisse et fondement de notre adhésion à l'amour pour Lui et pour nos frères et sœurs. Nous nous arrêterons sur le Lavement des pieds, pour comprendre comment la vie eucharistique devient un dévouement total à l'autre dans le service concret de chaque jour.

Comme nous le suggère saint François de Sales, pour ne penser qu'à l'aujourd'hui de Dieu : « Penser à bien faire nos choses aujourd'hui, et quand viendra le jour du lendemain, il s'appellera lui aussi aujourd'hui, et alors nous y penserons ».

À la lumière du mystère de l'Eucharistie, nous comprendrons l'importance du moment présent, de la vraie vie qu'est l'amour : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Faites ceci en mémoire de moi. En effet, l'Eucharistie est une rencontre réelle avec le Seigneur ressuscité dans la Parole et dans le Pain eucharistique, elle nous donne sa présence dans notre vie quotidienne et elle nous conforme à Lui, elle nous donne ses sentiments d'amour pour les autres et la vraie joie.


5. Marie, épouse dans l'Esprit Saint, nous enseigne à faire tout par amour

L'Esprit Saint nous éclaire et nous guide dans notre vie de foi. Nous irons à la source du « oui » de Marie, épouse dans l'Esprit. A la lumière de la Parole, nous découvrirons comment le Fiat de Marie peut être renouvelé dans nos vies.

Avec Marie, mère et maîtresse, notre vie retrouve son plein sens et se transforme en Magnificat. De cette façon, l'amour prend les traits d'une liberté totale. Comme le dit saint François de Sales : « Rien par la force, tout par l'amour. Voici la règle générale de notre obéissance : IL FAUDRA TOUT FAIRE PAR AMOUR ET RIEN PAR FORCE.... Je vous laisse avec l'esprit de liberté, celui qui exclut la contrainte, le scrupule et l'agitation ». Comme nous le lisons dans les Règlements de l'ADMA : « Marie est une présence vivante au milieu de nous et elle poursuit dans l'histoire de l'Eglise et de l'humanité sa mission maternelle de médiatrice de la grâce pour ses enfants ».


6. Le primat de la grâce : la joie, le don de l'Esprit Saint (les vertus théologales)

L'action de l'Esprit Saint engendre en nous la joie, résultat du travail des vertus de foi, d'espérance et de charité.

Nous redécouvrirons les vertus théologales en méditant l'hymne à la charité (1 Cor, 13, 1-13) et d'autres lettres pauliniennes. Nous comprendrons en profondeur le fondement de la joie salésienne : « Allez de l’avant avec joie et avec un cœur ouvert autant que vous le pouviez ; et si vous n’allez pas toujours avec joie, allez toujours avec courage et confiance ». (Saint François de Sales). C'est cette gaieté qui a fait dire à Dominique Savio : « Nous faisons en sorte que la sainteté consiste à être toujours joyeux ». En suivant le chemin de Don Bosco qui consiste à se confier à Marie Auxiliatrice, nous pouvons devenir concrètement un signe de l'amour de Dieu et de Marie, capable de répandre la joie et l'amour parmi les hommes.


7. La grâce présuppose la nature : l'exercice des vertus

Nous sommes appelés à favoriser l'action de l'Esprit Saint à travers les vertus. En particulier, nous sommes aidés par l'Humilité et la Douceur, traits de caractère de Jésus (Mt 11,25-30)".

Comme le dit saint François de Sales :

« Supportez avec douceur les petites injustices, les petits désagréments, les pertes de peu d'importance qui se produisent chaque jour. Ces petites occasions vécues avec amour vous permettront de gagner le cœur de Dieu et de le faire vôtre ».

Nous comprendrons mieux comment le développement des vertus peut nous aider à grandir dans la paix et l'amour. Vivre la patience, la mansuétude, l'humilité, la pauvreté d'esprit et éviter la médisance et le jugement nous fera expérimenter la vraie communion. Non seulement aimer les autres, mais faire en sorte que les autres se sentent aimés : la bonté affectueuse, le travail infatigable, la tempérance et l'optimisme salésien.

Rappelons-nous les trois mots du Pape François : permission, excuse, merci.


8. - L'étreinte de la bénédiction - combattre les tentations les

plus courantes et le sacrement de la réconciliation

Plus nous nous approchons de la lumière, plus nous apprenons à voir nos limites et à comprendre sa miséricorde. L'amour de Dieu ne nous abandonne jamais, même lorsque nous tombons dans les tentations les plus courantes. C'est un amour qui nous enveloppe dans l'étreinte de bénédiction que nous expérimentons dans le sacrement de la réconciliation.

Nous méditerons sur la parabole du Père miséricordieux (Lc 15, 11-32). Nous serons ensuite accompagnés par St François de Sales qui nous rappelle que « Chaque jour nous devons commencer notre progrès spirituel, et en y pensant bien, nous ne serons pas surpris de trouver des misères en nous. Il n'y a rien qui soit déjà fait : nous devons recommencer et commencer de bon cœur ». Le sacrement de la Réconciliation n'est pas un moment de jugement, mais une occasion de faire l'expérience de l'étreinte miséricordieuse et bénissante du Père qui nous donne la guérison de nos péchés et la force de recommencer.


9. A l'école de la sainte indifférence de Marie : fiat, stabat et

magnificat

Si nous nous laissons conquérir par cet amour, nous comprenons de plus en plus l'importance de la sainte indifférence, qui brille en Marie par ses attitudes : fiat, stabat et magnificat. En retraçant la vie de Marie dans l'Évangile de Luc, nous pouvons entrevoir son parcours humain et spirituel, qui est aussi notre parcours. « Ne rien demander, ne rien refuser. Rester dans les bras de la Providence, sans s'arrêter à aucun désir autre que celui de vouloir ce que Dieu veut de nous ».


Nous prendrons Marie chez nous pour en faire le berceau de la vie et de l'amour, de la foi et de l'espérance en cultivant des attitudes d'accueil, d'hospitalité, d'écoute, d'aide concrète et de disponibilité généreuse.



10. Union avec Dieu dans la vie quotidienne

Au terme du parcours, nous serons enfin invités à rechercher l'union avec Dieu dans la vie quotidienne, en assumant ses sentiments : « Pour moi, vivre, c'est le Christ » (Ph 1,21).


Nous pourrons faire l'expérience de cette communion en demeurant en Jésus « Je suis la Vigne, vous êtes les sarments (Jn 15,5) ».

Nous suivrons l'exemple de Don Bosco, pour qui l'action et la prière ne faisaient qu'un : « Don Bosco identifiait à la perfection son activité extérieure, infatigable, absorbante, vaste, pleine de responsabilités, avec une vie intérieure qui commençait par le sentiment de la présence de Dieu et qui, peu à peu, devenait actuelle, persistante et vivante pour être l'union parfaite avec Dieu. Cette spiritualité devient la Charité Apostolique dans le « Da mihi animas, cetera tolle ». C'est la spiritualité de la Grâce unitaire qui nous aide à travailler en harmonie de pensée, de sentiment et de volonté avec Dieu. Les besoins de nos frères et sœurs nous invitent à la prière, tandis que la prière constante nourrit le travail généreux et désintéressé avec Dieu pour le bien et le salut de nos frères et sœurs.


Ainsi décrits, nous offrirons des conseils et des suggestions pour les différents âges et situations de la vie : famille, jeunesse, âge adulte en général. Nous mettrons l'accent sur la prière, l'écoute du Saint-Esprit et le partage. La suggestion est de vivre le cheminement non pas intellectuellement, mais personnellement et existentiellement. En même temps, nous prendrons soin de la dimension communautaire. La recherche d'une relation personnelle avec le Seigneur, en effet, conduit toujours à la communion avec les autres et avec l'Église. À chaque réunion, un espace de silence approprié et une question à partager en groupe seront proposés. En outre, pour que les fruits de la rencontre puissent laisser leur empreinte dans nos vies, nous prendrons chaque mois un engagement de vie concret.


Posts récents

Voir tout

Comments


LogoAdma2015PayoffADMA-OnLine_edited.png
bottom of page